Les Récollets, un lieu d’histoire

son histoire

 

Ce lieu abrite aujourd’hui plusieurs entités qui, ensemble, lui donnent un nouveau visage et de nouvelles activités : la Maison de l’architecture (qui regroupe l’Ordre des architectes d’Ile-de-France, l’association «la Maison de l’architecture en Île-de-France», le Pôle régional de formation Environnement, Ville & Architecture en Île-de-France, le Café A et le Collège national des experts architectes français), le Centre international d’accueil et d’échange des Récollets et l’association 4D.

Le visage actuel du Couvent des Récollets date de 2003. Il est le fruit d’une rénovation menée par l’agence Reichen & Robert et l’architecte Frédéric Vincendon sous la maîtrise d’ouvrage de la Régie immobilière de la Ville de Paris, à laquelle l’État a confié la gestion de ce bâtiment en 1999. L’aménagement intérieur de la Maison de l’architecture a été confié à l’agence Chartier-Corbasson. Le parti architectural met en valeur la conservation des traces d’une histoire longue et mouvementée.

 

 

1603
L’ordre (franciscains) des Récollets s’établit hors l’enceinte de Paris, avec l’appui d’Henri IV et Marie de Médicis.

1619
Pose de la première pierre du couvent, qui prospère jusqu’à réunir 200 moines au début du XVIIIe siècle.

1789
Ils ne sont plus qu’une trentaine de moines. À la Révolution le couvent est pillé et réquisitionné pour loger une caserne de grenadiers de la garde nationale.

1794
Un atelier de filature s’installe.

1802
Le lieu est transformé en hospice des incurables. Les bâtiments sont remaniés : la chapelle est réduite et dotée d’une nouvelle façade néoclassique.

1860
Par décret, l’hospice passe de l’Assistance publique au ministère de la Guerre et devient hôpital militaire Saint-Martin. Des travaux sont engagés, un niveau est ajouté, et la façade est unifiée.

1913
L’hôpital prend le nom de Villemin, célèbre médecin militaire.

1926
La construction de l’avenue de Verdun et l’élargissement de la rue du Faubourg Saint-Martin amènent à détruire une partie du cloître.

1931
Des terrains sont cédés à la Compagnie des Chemins de Fer, qui agrandit la gare de l’Est.

1968
Devenu vétuste, l’hôpital ferme ses portes et est évacué trois ans plus tard.

1973
Deux ailes sont détruites. Les anciens jardins sont affectés à la réalisation du centre hospitalier et universitaire Saint Louis – Lariboisière, et à la création d’un jardin public de la Ville de Paris – le square Villemin. Les restes de l’ancien couvent sont affectés à une école d’architecture, Paris-Villemin. Elle y restera près d’une vingtaine d’années.

1991
Le bâtiment est squatté par un collectif d’artistes, «Les anges des Récollets».

1992
Un incendie oblige à la fermeture des lieux, dont l’avenir paraît incertain.

1999
L’État, propriétaire des locaux, confie le bâtiment, classé, à la RIVP, qui le restaure pour y accueillir ses occupants d’aujourd’hui.

2004
Ouverture de l’association Maison de l’architecture Ile-de-France

Aujourd’hui, il accueille

Le Centre international d’accueil et d’échange des Récollets
offre des résidences à des chercheurs et des artistes venus du monde entier

Le Conseil régional de l’Ordre des architectes en Île-de-France
dont la mission est de garantir au public la qualité du service architectural.

Le Pôle EVA
le Pôle de Formation Environnement, Ville et Architecture d’Ile-de-France propose des formations continues, courtes ou longues (deux diplômantes) aux architectes, aux élus, aux maîtres d’ouvrage publics et privés, à l’ingénierie, à l’industrie, et plus largement à tous les acteurs soucieux d’un cadre bâti de qualité.

La Maison de l’architecture en Île-de-France Association
œuvrant à la promotion et la valorisation de l’architecture auprès du grand public et des professionnels : architectes, maîtrise d’ouvrage, bureaux d’étude, entreprises…